Language

         

 Publicité par Adpathway

Selon Joe Biden : « La pandémie est terminée », 57 676 nouveaux cas aux États-Unis au cours des dernières 24 heures

2 month_ago 20

         

NE LAISSER PAS LE 5G DETRUIRE VOTRE ADN Protéger toute votre famille avec les appareils Quantiques Orgo-Life®

  Publicité par Adpathway

La déstabilisation de la structure sociale, politique et économique de 190 pays souverains a été présentée comme la « solution » pour combattre le virus mortel. La fausse science soutenait ce programme dévastateur.

Et maintenant, nous avons atteint un nouveau point culminant :

Le président Biden a déclaré sans ambages que la pandémie était terminée.

« Nous avons toujours un problème avec la COVID. Nous y travaillons encore beaucoup. Mais la pandémie est terminée. Si vous remarquez, personne ne porte de masque. Tout le monde semble être en bonne santé. Et donc je pense que c’est en train de changer. » (18 septembre 2022)

Quelle était la « base scientifique » pour faire cette déclaration de grande portée ?

Le 21 septembre 2022, au moment où nous écrivons ces lignes, il y avait selon l’OMS :

Plus de 610 millions de « cas confirmés » cumulés avec le test PCR dans le monde,
Près d’un demi-million de nouveaux cas (468 763) enregistrés au cours des dernières 24 heures, ce qui suggère « un mouvement ascendant de la maladie » ;
Aux États-Unis, on comptait plus de 94 millions de cas confirmés cumulés le 21 septembre 2022
57 676 nouveaux cas ont été enregistrés aux États-Unis au cours des dernières 24 heures.
13 810 nouveaux cas enregistrés aux États-Unis le jour précédent (20 septembre 2022).

Les données ci-dessus sont entièrement approuvées par l’administration Biden.

Depuis la déclaration de Biden (18 septembre), il y a eu plus de 71 000 nouveaux cas confirmés aux États-Unis. Et il nous dit que la « pandémie est terminée ».

Il s’agit soit d’une incompétence pure et simple de la part du président Biden et/ou d’une acceptation tacite (et corrompue) du fait que les « cas confirmés » officiels obtenus avec les tests PCR Covid-19 utilisés pour justifier la pandémie et soutenir la campagne de peur ne sont pas valides (« Fake« ).

L’administration Biden a, dès le départ, joué un rôle déterminant dans le fait que les  » cas confirmés de Covid-19 « .étaient en hausse. Et maintenant, Biden est confronté à un dilemme embarrassant. La vague croissante de fausses données (PCR, antigène, tests à domicile) est en contradiction avec la déclaration de Biden selon lequel la pandémie est terminée.

Près d’un demi-million de nouveaux cas (468 763) ont été enregistrés dans le monde (21 septembre) au cours des dernières 24 heures, ce qui coïncide avec les propos de Biden sur la « fin de la pandémie« .

(voir les diagrammes de l’OMS ci-dessous)

Les chiffres officiels de l’OMS : 468 763 cas confirmés (dans le monde) au cours des dernières 24 heures. (21 septembre 2022)

Aux États-Unis:

États-Unis plus. de 94 millions de cas cumulés et 57 676 nouveaux cas au cours des dernières 24 heures (voir le diagramme de l’OMS ci-dessus).

57, 676 cas (enregistrés le 21 septembre 2022) aux États-Unis au cours des dernières 24 heures ne confirme en aucun cas que la pandémie est terminée aux États-Unis, sauf si l’on reconnaît que le test PCR utilisé pour obtenir ces chiffres est erroné [test défaillant] et totalement invalide.

Très bizarre : il y a beaucoup plus de cas confirmés aujourd’hui (y compris une tendance à la hausse « enregistrée » de la maladie) suite à la déclaration de Biden « la pandémie est terminée » par rapport aux données relatives à la pandémie de Covid-19 lorsqu’elle a été lancée en mars 2020. Voir les données ci-dessous.

Dilemme politique embarrassant : « Décision de lancer la pandémie » versus « La pandémie est terminée ».

Coïncidant avec la déclaration de Biden du 18 septembre « La pandémie est terminée« , les « cas confirmés Covid » sont « TRÈS ÉLEVÉS » (excessivement élevés) par rapport au nombre TRÈS FAIBLE de cas confirmés utilisés pour justifier le « lancement de la pandémie » en mars 2020. (voir ci-dessous)

44 279 cas confirmés cumulés dans le monde entier en dehors de la Chine (du 7 janvier au 11 mars 2020) utilisés pour justifier la « Décision de lancer la pandémie » le 11 mars 2020.

Par rapport à

468 783 cas dans le monde enregistrés au cours des dernières 24 heures (le 21 septembre 2022) pour justifier la « décision de lancer la pandémie » de Biden.

Le jour suivant la déclaration de Biden (19 septembre 2022), 1 241 693 nouveaux « cas confirmés » ont été enregistrés dans le monde.

C’est un vrai casse-tête [Topsy Turvy]. Tirez vos propres conclusions.

Il s’agit de chiffres officiels compilés par l’OMS.

Retour en arrière : janvier-mars 2020.

La pseudo-science [fake science] soutenait un programme dévastateur. Les mensonges ont été soutenus par une campagne de désinformation massive dans les médias. Des « alertes Covid » incessantes et répétitives, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, pendant plus de deux ans.

Comparons les chiffres « la pandémie est terminée » aux chiffres ridiculement bas utilisés pour justifier la pandémie en premier lieu.

La situation d’urgence de santé publique de la Covid-19 du 30 janvier 2020

La phase initiale de cette crise a été le lancement d’une urgence de santé publique de portée internationale (PHEIC) par l‘OMS le 30 janvier 2020 : 83 cas dans le monde hors Chine, 5 aux États-Unis, 3 au Canada. Et le lendemain, le président Donald Trump a interrompu les voyages aériens avec la Chine.

Il n’y avait aucune « base scientifique » pour justifier le lancement de la PHEIC.

Capture d’écran du tableau de l’OMS, 29 janvier 2020,

11 mars 2020 : Le confinement.

44 729 « cas cumulatifs confirmés » (PCR positifs) dans le monde (à l’exclusion de la Chine), soit 6,5 milliards de personnes, ont été utilisés comme justification pour déclarer une pandémie mondiale, ce qui a conduit au verrouillage imposé à 190 pays.

Selon l’OMS, le 9 mars 2020, il y avait 3457 cas aux États-Unis, sur une population de 329,5 millions de personnes (voir ci-dessous).

Capture d’écran du graphique interactif de l’OMS

Au Canada, le 9 mars 2020, il y avait 125 « cas confirmés«  sur une population de 38,5 millions d’habitants.

Capture d’écran du graphique interactif de l‘OMS .

Les chiffres parlent d’eux-mêmes.

Aujourd’hui, il y a plus de nouveaux cas enregistrés suite à la déclaration de Biden que ceux enregistrés lors du lancement de la pandémie en mars 2020.

De plus, les chiffres officiels (septembre 2022) suggèrent de manière indélébile un mouvement ascendant de la maladie, ce qui contredit visiblement la substance de la déclaration de Biden.

À certains égards, « Joe Biden a raison ». Il n’a pas consulté ni cité les données officielles avant de faire sa déclaration historique : « La pandémie est terminée« .

Les preuves le confirment amplement, sur la base de recherches approfondies : Le test PCR et ses tests maison/antigènes SONT INVALIDES. Il n’y a jamais eu de pandémie.

Le nombre de « cas confirmés » par le test PCR le 11 mars 2020 n’est pas seulement invalide, il est ridiculement bas.

Michel Chossudovsky

Article publié initialement en anglais :

According to Joe Biden: “The Pandemic is Over”, 57,676 New Cases in the U.S. in the Last 24 Hours

Traduit par Maya pour Mondialisation.ca

***

Note aux lecteurs : Veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Suivez-nous sur Instagram, @crg_globalresearch. Faites suivre cet article à vos listes de courriels. Faites un crosspost sur votre site de blog, vos forums internet, etc.

Tous les articles de Mondialisation.ca et de Global Research sont désormais accessibles en 27 langues en activant le menu de traduction du site Internet dans la bannière supérieure de notre page d’accueil (version ordinateur de bureau).

À propos de l’auteur

Michel Chossudovsky est un auteur primé, professeur d’économie (émérite) à l’Université d’Ottawa, fondateur et directeur du Centre de recherche sur la mondialisation (CRM), Montréal, rédacteur en chef de Global Research.

Il a entrepris des recherches sur le terrain en Amérique latine, en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique subsaharienne et dans le Pacifique et a beaucoup écrit sur les économies des pays en développement en mettant l’accent sur la pauvreté et les inégalités sociales. Il a également entrepris des recherches en économie de la santé (Commission économique des Nations Unies pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPA), FNUAP, ACDI, OMS, gouvernement du Venezuela, John Hopkins International Journal of Health Services (1979, 1983)

Il est l’auteur de douze livres dont The Globalization of Poverty et The New World Order (2003) – La mondialisation de la pauvreté,  America’s « War on Terrorism » (2005) – Guerre et Mondialisation, The Globalization of War, America’s Long War against Humanity (2015).

Il collabore à l’Encyclopédie Britannica. Ses écrits ont été publiés dans plus de vingt langues. En 2014, il a reçu la médaille d’or du mérite de la République de Serbie pour ses écrits sur la guerre d’agression de l’OTAN contre la Yougoslavie. On peut le joindre à [email protected]

Voir en anglais : Michel Chossudovsky, Notice biographique

Articles de Michel Chossudovsky sur Global Research

Articles en français de Michel Chossudovsky sur Mondialisation.ca

La source originale de cet article est Mondialisation.ca


read-entire-article

         

        

NE LAISSER PAS LE 5G DETRUIRE VOTRE ADN  

Protéger toute votre famille avec les appareils Quantiques Orgo-Life®

  Publicité par Adpathway