Souvenez-vous du cataclysme que représentait la sortie du Sportster du catalogue Harley, sacrifié sur l’autel Euro 5. Une gamme emblématique depuis plusieurs décennies mais aussi des machines pour les nouveaux permis A2. On a vu arriver le Sportster S 1250 l’an passé, mais cette année le Nightster 975 sonne le retour d’une gamme de Sportster, le retour d’un mythe.

Par Jean-Michel LAINE - Aujourd'hui à 20:00 - Temps de lecture :

Il y a des évolutions et des révolutions. Ce qui ce passe en ce moment chez le poids lourd de l’industrie de la moto américaine est passionnant. Cette marque qui a fait sa légende autour de son moteur V Twin culbuté refroidi par air a entamé sa mutation.

C’était inéluctable avec l’arrivée de normes de plus en plus draconiennes mais après le trail Pan America et le body buildé Sportster S tous deux animés par le 1250 cm3, voilà que revient une icône avec cette même base moteur mais en 975 cm3.

Après le séisme Pan America, le retour aux fondamentaux

Le séisme c’est le mot juste quand on voit ce qu’il s’est passé avec l’arrivée de la Pan America 1250. Pensez dont, un trail alors que la marque ne fait que des customs depuis toujours ou presque, et un moteur ultra moderne de 150 chevaux avec des performances hors du commun dans la production américaine.

Si les fans de la marque ont crié au scandale, force est de constater que la Pan comme on dit est la deuxième meilleure vente de la marque en 2021. Harley ne s’est pas trompé avec ce pari osé. Puis c’est au tour du Sportster S de débarquer.

Une machine compact et trapue, propulsée par ce même moteur : la seconde claque de l’année dernière avec ce custom de 120 chevaux. Des performances inconnues depuis la disparition des V Rod chez Harley, mais un univers toutefois plus familier.

En 2022, la marque américaine revient vers ses fondamentaux. Avec le Nightster, ce modèle a existé il y a une quinzaine d’années avec un antique 1200 cm3, on reste dans l’univers du custom mais avec un technologie moderne, un moteur de 975 cm3 basé sur le 1250 et des performances largement suffisantes.

Cerise sur le gâteau, il est accessible aux titulaires d’un permis de conduire A2 une fois bridé à 47,5 chevaux. Il semble que le géant américain opère sa mutation non pas avec des motos qu’on n’attendait pas comme ce fut le cas l’an passé mais avec des machines appréciées des aficionados de la marque.

La machine est lancée et même si on ne parle pas encore d’une vraie famille Sportster dont le Nightster faisait partie, il y a fort à parier que ce n’est que le premier modèle d’une grande série. Le Sportster reste une icône.

Une machine facile à piloter. Une machine facile à piloter.

Nightster 975, l’histoire d’un renouveau

Avec le Nightster, Harley est dans son coeur de cible : le custom. On en retrouve tous les codes esthétiques ou presque. L’ergonomie aussi, la prise en mains, tout est là mais différent. Parce que pour toucher un nouveau public, la marque fait confiance à un moteur très moderne, performant et facile à conduire.

C’est aussi le cas du châssis à des années lumières de ce qu’on connaissait. Nul doute que les amoureux de la première heure seront surpris par ce Sportster 2022 sur ce points. Nul doute aussi que les nouveaux venus le seront tout autant avec une machine facile à piloter. Toutes les industries évoluent au gré des normes et des demandes.

Ce monument de l’industrie américaine s’est longtemps contenté de petits changements, on peut penser à l’arrivée de l’injection, pour préserver son emblématique V Twin. Il semble que le succès rencontré en 2021 avec ses nouveaux 1250 cm3 conforte la marque pour chambouler son coeur de métier, le custom.

C’est cette année, en 2022. Certes il n’y a pas vraiment de choix, évoluer était nécessaire, et le résultat est là d’un point de vue du produit. Reste à voir l’accueil que fera le public à cette machine qui révolutionne la marque à plus d’un titre. Un cas d’école de l’industrie.