Language

         

 Publicité par Adpathway

Mathieu Bock-Côté: «La technocratisation du pouvoir»

1 month_ago 25

         

FAIRE UN DON URGENT QuebecNouvelles.com & ParoleJuste.com

  Publicité par Adpathway

Réservé aux abonnés

Par Mathieu Bock-Côté

Publié hier à 19:32, Mis à jour hier à 21:58

Mathieu Bock-Côté. Le Figaro

CHRONIQUE - Le technocrate est jugé sans âme, et réputé ne voir la société que dans une perspective comptable. Et pourtant, encore une fois, il arrive que la classe politico-médiatique chante ses vertus.

Technocrate: depuis les premières rumeurs la conduisant à Matignon, jusqu’à sa nomination cette semaine au poste de premier ministre, c’est ainsi qu’on a d’abord présenté Élisabeth Borne. Le terme est équivoque: il se réfère tout à la fois à une figure politique terne, sans charisme, et à une compétence technique supérieure, définissant une personne «connaissant bien ses dossiers». Le terme passe rarement pour un compliment: le technocrate est jugé sans âme, et réputé ne voir la société que dans une perspective comptable. Et pourtant, encore une fois, il arrive que la classe politico-médiatique chante ses vertus: à la différence des politiques sensibles aux humeurs populaires et aux diktats de l’opinion publique, et pour cela toujours tentés par la démagogie, le technocrate ferait les choix éclairés.

À lire aussiMathieu Bock-Côté: «Les 40 ans du coup d’État canadien»

Il faut toutefois aller au-delà de cette définition mi-figue mi-raisin pour voir de quelle manière la figure du technocrate, aujourd’hui, s’inscrit dans une mutation bien plus large de l’imaginaire…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

La liberté c’est aussi d’aller à la fin d’un débat.

Continuez à lire votre article pour 0,99€ le premier mois

Déjà abonné ? Connectez-vous

read-entire-article

         

 Publicité par Adpathway