Language

         

 Publicité par Adpathway

Les électeurs français se bousculent pour faire une procuration en vue du scrutin

3 week_ago 55

         

NE LAISSER PAS LE 5G DETRUIRE VOTRE ADN Protéger toute votre famille avec les appareils Quantiques Orgo-Life®

  Publicité par Adpathway

Les électeurs français qui ne pourront pas déposer leur bulletin eux-mêmes se démènent pour faire entendre leur voix lors des élections législatives en s’inscrivant par centaines de milliers pour confier par procuration leur droit de vote à un proche.

Le ministère de l’Intérieur a déclaré mardi avoir dénombré 410 000 demandes de ce type au cours de la première semaine après l’annonce du président Emmanuel Macron, le 9 juin, de la dissolution de l’Assemblée nationale. Cette bombe fait suite à la victoire éclatante du Rassemblement national aux élections européennes, le même jour.

Le ministère a déclaré que ce chiffre est 6,5 fois supérieur à celui enregistré pour la même semaine lors des dernières élections législatives en 2022.

La précipitation des électeurs à remplir les documents qui permettront à un mandataire en qui ils ont confiance de voter à leur place lors du premier tour, le 30 juin, est en partie due aux contraintes de temps.

La décision surprise du président Macron et le délai serré entre la dissolution de l’Assemblée nationale et le premier tour ont pris les électeurs au dépourvu, certains ayant déjà fait d’autres projets.

L’élection législative, dont le second tour, décisif, aura lieu le 7 juillet, se heurte également au début des vacances annuelles d’été en France, alors que des millions de personnes s’éloigneront de leur bureau de vote.

L’augmentation des inscriptions d’électeurs probablement absents reflète également l’importance qu’ils attachent à ce scrutin, qui remodèle déjà le paysage politique français avant même le vote.

Bardella veut une « majorité absolue »

La perspective que ce scrutin puisse donner naissance au premier gouvernement d’extrême droite en France depuis l’occupation nazie pendant la Deuxième Guerre mondiale a eu l’effet d’un électrochoc sur les opposants au Rassemblement national.

Quelques jours après l’annonce du président Macron, les partis de gauche, jusque-là divisés, ont mis de côté leurs divergences pour former une coalition, le « Nouveau front populaire », afin de contrer la montée de l’extrême droite vers Matignon.

Avec une campagne frénétique en cours, les électeurs se préparent déjà à faire leur choix entre la gauche et l’extrême droite – ou le bloc centriste des macronistes « à l’extrême centre ».

Rémi Lefebvre, professeur de sciences politiques à l’Université de Lille, a déclaré sur la chaîne France Info que les électeurs qui prennent les dispositions pour obtenir une procuration ont tendance à être politiquement engagés et bien informés. Le fait que des centaines de milliers de personnes l’aient déjà fait suggère qu’ils considèrent l’élection comme « absolument décisive dans leur agenda personnel et dans leur vie politique », a estimé le professeur Lefebvre.

Jordan Bardella, président du Rassemblement national, qui espère devenir premier ministre le 7 juillet, a appelé mardi les électeurs français à donner à son parti « une majorité absolue ».

« Il existe une occasion de renverser le cours de l’histoire, de changer la politique dans notre pays et de changer de cap, mais pour cela, moi, j’ai besoin d’avoir une majorité absolue, et donc je n’envisage pas d’être le collaborateur du président de la République », a-t-il déclaré mardi dans une entrevue sur CNews.

read-entire-article

         

        

NE LAISSER PAS LE 5G DETRUIRE VOTRE ADN  

Protéger toute votre famille avec les appareils Quantiques Orgo-Life®

  Publicité par Adpathway