Language

         

 Publicité par Adpathway

«La formation du gouvernement sous Macron s'apparente à un processus de fusion-acquisition»

1 month_ago 17

         

FAIRE UN DON URGENT QuebecNouvelles.com & ParoleJuste.com

  Publicité par Adpathway

Par Arnaud Benedetti

Publié il y a 1 minute

«le macronisme confirme qu'il opère par agrégation incrémentale des opportunités de carrière» AFP

FIGAROVOX/TRIBUNE - La composition du premier gouvernement d'Élisabeth Borne a été dévoilée ce vendredi 20 mai. Avec cette équipe hétéroclite, le président de la République privilégie le signal marketing à la cohérence de l'ensemble, juge Arnaud Benedetti.

Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne et rédacteur en chef de la revue politique et parlementaire. Il a publié Comment sont morts les politiques ? - Le grand malaise du pouvoir (éditions du Cerf, novembre 2021).


La formation d'un gouvernement est semblable à un exercice pictural: il faut juger tout à la fois du plan d'ensemble et du détail. Le premier est censé susciter l'empreinte dans les médias, dicter l'écriture médiatique ; le second est généralement «ce que l'on ne voit pas» pour reprendre la formulation du penseur libéral du XIXe siècle, Frédéric Bastiat. Ce second aspect est hors champ de la communication ; il relève du non-dit, de l'inconscient.

Le plan d'ensemble, lui, doit se voir de loin, presque distraitement, à la va-vite en quelque sorte ; il est destiné à produire un effet global, à faciliter le clef-en-main interprétatif, le commentaire sur étagère qui est la ligne enveloppante des lectures immédiates de l'actualité. Vu sous cet angle, le gouvernement Borne 1 relève en apparence d'un savant dosage entre ancien et nouveau testament macroniste: les «historiques» y côtoient quelques nouveaux convertis. Premier enseignement: le macronisme confirme qu'il opère par agrégation incrémentale des opportunités de carrière. Les ralliements progressifs s'effectuent au prix d'une amnésie quasi immédiate des critiques antérieures par ceux-là mêmes qui en furent les émetteurs, sans que cette réversibilité n'en vienne fondamentalement à contredire les valeurs de cohérence et de loyauté puisque le politique se naturalise comme l'art, si ce n'est de trahir, du moins de prendre les plis du terrain.

Celui qui durant la campagne clamait que « la France est un bloc » confirme avec cette équipe gouvernementale pré-législative qu'il est d'abord l'adepte de la « société liquide ».

Arnaud Benedetti

Cela vaut autant pour les recrues de droite que de gauche: les nouveaux entrants Damien Abad et Pap Ndiaye entre autres, chacun à leur fenêtre, dans des tonalités et des registres différents auront porté le fer contre le premier quinquennat. Au moins est-ce la note dominante se dégageant de ces saynètes politiciennes: les observateurs de ces dernières tant que leurs initiateurs y verront de la virtuosité là où il ne faut distinguer que de la viscosité à l'adresse de toutes les tendances du moment et des opportunismes qui ne demandent qu'à se reconvertir. La formation du gouvernement sous Macron s'apparente à un processus de fusion-acquisition, l'enjeu étant de se consolider sur son marché ou de s'en ouvrir un autre, voire d'opérer sur l'un et sur l'autre, «en même temps».

C'est bien ce détail qu'il faut donc relever: l'économique et le régalien à la droite de préférence ; le social à la gauche plutôt, teinté du transfuge républicain ancien président du groupe parlementaire ; la transmission (éducation et culture) à la diversité, comme pour prendre à revers la droite identitaire et la gauche mélenchoniste. L'idée derrière tout cela n'est autre que de marketer afin de parler à presque tout le monde comme s'il suffisait d'envelopper pour rassembler, subvertir pour réparer, logotyper pour solidifier. Ce gouvernement est un archipel où chacun sur son île a sa propre cohérence. Reste à les faire vivre ensemble, ce qui est loin d'être gagné, tant celui qui durant la campagne clamait que «la France est un bloc» confirme avec cette équipe gouvernementale pré-législative qu'il est d'abord l'adepte de la «société liquide».

«La formation du gouvernement sous Macron s'apparente à un processus de fusion-acquisition»

S'ABONNER

S'abonner

read-entire-article

         

 Publicité par Adpathway