Language

         

 Publicité par Adpathway

L’administration Biden achète des millions de doses de vaccin contre la variole du singe

1 month_ago 42

         

FAIRE UN DON URGENT QuebecNouvelles.com & ParoleJuste.com

  Publicité par Adpathway


Alors que les mi-mandats approchent à grands pas, les taux d’approbation des démocrates deviennent incontrôlables, l’hystérie entourant Covid-19 décline rapidement, il semblait que ce n’était qu’une question de temps avant un autre crise développée qui aiderait la gauche à rétablir les mécanismes de contrôle tyranniques qu’elle a utilisés tout au long de la pandémie du virus chinois.

Eh bien, nous avons maintenant la variole du singe – une infection virale traditionnellement bénigne et rare chez l’homme – qui apparaît dans tous les pays occidentaux. Curieusement, le virus semble se propager d’une personne à l’autre comme jamais auparavant, laissant de nombreuses personnes, y compris des membres de la communauté scientifique, se gratter la tête et se demander : « que se passe-t-il ?

Maintenant, nous sommes évidemment loin de ce que nous avons vécu avec la dernière pandémie, mais, dans tous les cas – que les origines de ce virus plus transmissible du monkeypox soient naturelles, ou autre chose (comme Covid-19, Wuhan, etc.) – le moment de cette nouvelle épidémie est curieux – c’est le moins qu’on puisse dire.

Avec une récente augmentation de près de 40 cas en Europe, le premier cas positif ayant été confirmé mercredi aux États-Unis dans le Massachusetts, et un deuxième cas potentiel faisant actuellement l’objet d’une enquête par des responsables de la santé à New York, l’administration Biden ne perd pas de temps en ‘ préparation » pour la prochaine urgence de santé publique.

Jeudi, le gouvernement fédéral a  commandé 13 millions de vaccins  contre la variole du singe à la société européenne de biotechnologie Bavarian-Nordic, selon  Newsweek . Au total, un total de 119 millions de dollars a été dépensé pour les vaccins «Jynneos», ce qui équivaut à environ 9,15 dollars par dose.

De  Newsweek :

« La commande s’élève à 119 millions de dollars pour les vaccins Jynneos, qui sont utilisés pour la prévention de la variole et de la variole du singe. Il a été annoncé mercredi par la société de biotechnologie Bavarian Nordic, qui fabrique le vaccin.

La commande convertira les vaccins en vrac, qui ont déjà été fabriqués et facturés dans le cadre de contrats antérieurs avec le gouvernement américain, en versions lyophilisées qui ont une durée de conservation améliorée.

Un  communiqué de presse  annonçant la vente par Bavarian-Nordic a clarifié certains des détails de l’accord d’achat avec la US Biomedical Advanced Research and Development Authority (BARDA), qui fait partie du département américain de la Santé et des Services sociaux. Selon leur  annonce , l’agence avait « exercé les premières options du contrat pour fournir une version lyophilisée du  vaccin antivariolique JYNNEOS® » .

Les premières doses de cette version du vaccin monkeypox devraient être livrées et facturées en 2023 et 2024.

Quant à la gravité de la maladie, la variole du singe est traditionnellement bénigne et disparaît généralement en 2 à 4 semaines, bien que des cas plus graves se développent parfois, selon le ministère de l’Agriculture du New Jersey. Dans les pays non occidentaux moins développés, le taux de mortalité de la maladie varie entre 1 et 15 % ; cependant, lors d’une épidémie de 2004 aux États-Unis, seulement 2 personnes sur 74 sont tombées gravement malades et toutes se sont complètement rétablies.

De  NJ DOA :

« Les estimations du taux de létalité du monkeypox en Afrique varient de 1 % à 15 %, le risque de décès étant le plus élevé chez les jeunes enfants. Dans une étude portant sur 300 patients en République démocratique du Congo, le taux de mortalité global était de 10 % et le taux de mortalité chez les enfants non vaccinés était de 15 à 20 %. Des complications respiratoires sont survenues chez 12 % des patients de cette étude.

Lors d’une épidémie de monkeypox aux États-Unis en 2003, la plupart des cas semblaient être le résultat d’un contact avec des chiens de prairie malades. Deux des 79 patients sont tombés gravement malades, dont un avec une encéphalite. Aucun décès n’est survenu jusqu’au 1er juillet 2003. »

La principale préoccupation concernant cette dernière épidémie est que les cas semblent se propager par transmission interhumaine à un rythme alarmant. Traditionnellement, le virus a été zoonotique et a normalement du mal à faire le saut des animaux aux humains, donc les nouveaux développements méritent d’être surveillés – en particulier avec ce que Gates, Fauci et le reste de la soi-disant ‘ santé publique que les experts ont mis en place au cours des dernières années.

De toute évidence, ils préparent les aiguilles pour plus de vaccinations, mais qu’y a-t-il d’autre cette fois-ci ?

Julian Conradson

Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com © elishean/2009-2022

read-entire-article

         

 Publicité par Adpathway