Réservé aux abonnés

Par 

Publié il y a 1 minute, Mis à jour il y a 1 minute

Karl Olive arrive à l’Élysée, le 7 mai, pour assister à la cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron pour son second mandat. François BOUCHON/Le Figaro

ENTRETIEN - L’ex-maire de Poissy et député Renaissance des Yvelines estime que débattre à nouveau du cumul de mandats est une nécessité.

LE FIGARO. - Vous allez déposer à la rentrée une proposition de loi visant à rétablir le cumul de mandats. Pourquoi avez-vous pris cette initiative?

Karl OLIVE. - Lorsque la loi sur le non-cumul a été adoptée en 2014, il y avait une volonté louable de dégager du temps au législateur pour l’exercice de son mandat. Mais dans les faits, on a surtout participé à un désenchantement plus accru entre les Français et leurs élus. On l’a encore vu lors du dernier scrutin, le taux d’abstention ne cesse d’évoluer. On le voit aussi au quotidien, la société est très fracturée, les Français se parlent mal, ils ne se comprennent pas, et ce parce qu’il n’y a pas suffisamment de pédagogie. Si l’on veut rapprocher les élus des Français, il faut à nouveau qu’ils puissent se reconnaître en ceux qui sont censés les représenter. Et le maire est encore l’acteur politique en qui ils ont le plus confiance.

À lire aussiTout juste arrivés, certains élus peinent à trouver leur place dans l’Hémicycle

L’ancrage dans la circonscription n’est-il pas suffisant?

Le député n’a pas de pouvoir décisionnaire. Il n’a pas…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 73% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous