Depuis quelques années, les pures citadines se font de plus en plus rares sur le marché. Boudées par les clients , difficiles à rentabiliser pour les constructeurs, les petites voitures désertent le marché. A l’heure où Peugeot et Citroën quittent ce segment, Toyota continue sans ses associés et propose une Aygo entièrement revue. Affublée d’un X, elle prend des airs de petit SUV. Une voiture idéalement taillée pour la ville, mais est-ce suffisant ?

Par Nicolas Laperruque - Aujourd'hui à 20:00 - Temps de lecture :

Depuis ses débuts, la Toyota Aygo était réalisée au sein d’une association avec Peugeot et Citroën. Développées conjointement, les 108, C1 et Aygo étaient identiques ou presque et construites toutes les trois dans une usine située à Kolin, en République Tchèque.

Abandonnée par ses partenaires français, la société japonaise aurait pu en profiter pour mettre fin à cette mini-citadine. Il n’en sera rien. Une nouvelle génération pointe son nez, baptisée Aygo X, qu’on doit prononcer “Cross” et elle compte bien profiter de la désertion de la concurrence pour s’imposer.

La finition est bonne mais l'insonorisation trop faible.jpg La finition est bonne mais l'insonorisation trop faible.jpg

Compacte et aguicheuse

La nouvelle Aygo X parvient sans mal à faire oublier la précédente génération. Inspirée du monde des SUV, cette “Aygo Cross” expose son style moderne et chic avec une certaine réussite. Plus longue de 23 cm par rapport à sa devancière, elle repose sur un empattement accru de 9 cm. La plate-forme est désormais celle de la grande sœur Yaris.

Protections de passages de roues, peinture bi-colore, grandes roues, lignes acérées, cette Aygo X soigne la présentation extérieure. Notre version d’essai hérite même d’un toit ouvrant en toile panoramique. Idéal pour profiter du soleil de Barcelone, lieu de notre essai.

Un accueil variable

Bien que le volant soit réglable uniquement en hauteur, la position de conduite se révèle naturelle. A l’avant, conducteur et passager peuvent apprécier l’espace, la position relevée de 55 mm par rapport à la génération précédente et les commandes qui tombent facilement sous la main.

Le tableau de bord aux formes originales abrite un système d'infotainment facile à utiliser et reposant sur un son JBL. A l’arrière, l’accueil est nettement moins généreux. L'accès à bord, avec la faible ouverture de porte, se montre compliquée pour les grands gabarits.

Entre les sièges avant surélevés et les vitres à compas à l’arrière, les passagers pourront souffrir de claustrophobie. Un espace arrière qui devra être réservé aux enfants au-delà de quelques kilomètres.

Taillée pour la ville

Avec sa boîte automatique de type CVT, ses dimensions contenues, et son rayon de braquage de seulement 4,70 mètres entre trottoirs, cette Toyota avait tout, sur le papier,  pour devenir la nouvelle reine de la ville. Dans les faits, elle se faufile aisément partout malgré une largeur quasi équivalente à la grande sœur Yaris.

Avec la caméra de recul de série, cette Aygo X se gare comme par miracle. Le petit moteur trois cylindres se montre plutôt à l’aise au feu rouge. Sur les dos d'âne, le confort est tout juste dans la moyenne, mais suffisant sur les petites irrégularités en ville.

Avec son toit panoramique, cette Aygo X réussit ce chapitre. Tout juste pourrait-on lui reprocher un système de stop and start peu discret au démarrage. Citadine par excellence, peut-elle quitter la ville ?

Le point faible de cette Toyota se situe sous le capot avant. Le point faible de cette Toyota se situe sous le capot avant.

Enfer mécanique

En quittant le centre ville de Barcelone pour le site olympique situé sur les hauteurs de la ville, la réponse s’impose d’elle-même. La légère montée ne réussit pas du tout à notre petite Toyota, qui nous inflige une double punition.

D’un côté le moteur trois cylindres 1.0 atmosphérique de 73 chevaux, qui manque cruellement de puissance, de couple et d’entrain. De l’autre, une boîte CVT qui fait hurler la mécanique à la moindre difficulté. Problème, le bloc nippon oblige le conducteur à solliciter en permanence ses faibles capacités.

Le coffre de 231 litres est dans la bonne moyenne. Le coffre de 231 litres est dans la bonne moyenne.

Un comportement sain

En quittant la ville, sur voie rapide ou en côte, on en vient à se demander ce qu’on fait ici avec cette voiture, les bruits d’air venant parachever le tableau. Pourtant, cette Aygo X hérite d’un très bon châssis qui serait tout à fait capable de s’aventurer sur de longs parcours.

Le train avant est rigoureux et efficace, les courbes ne provoquent pas de roulis inutile et l’électronique avec l’ESP veille au grain. Cette Aygo X est loin d’être une citadine au rabais de ce côté là.

La direction et la position de conduite agréables nous font regretter encore plus une mécanique aussi impuissante.

A réserver à la ville

Comme une copine un peu snob refusant de se rendre à la campagne, cette Aygo X ne sera à l’aise qu’en ville. Avec son design réussi, ses couleurs remarquées et son équipement complet, elle devrait y trouver du succès. Mais ne lui demandez pas de partir à l’assaut des voies rapides.

Que ce soit en version CVT ou manuelle, que nous avons pu également essayer, cette Aygo X n’est pas taillée pour ça. Dommage, car son tarif qui débute à 15 990€ en version de base, la rapproche de rivales bien plus polyvalentes, à commencer par sa sœur Yaris. Le temps des petites citadines accessibles est définitivement fini.

Fiche technique Toyota Aygo X 1.0 VVT-i CVT

Moteur : trois cylindres en ligne essence.

Cylindrée : 998 cm3

Puissance (ch à tr/min) : 72 à 6 000

Couple (Nm à tr/min) : 93 à 4 400

Transmission aux roues avant

Boîte de vitesses : CVT à 5 rapports

0 à 100 km/h : 14,8 secondes

Vitesse maximale  : 151 km/h

Consommation annoncée : 4,9 à 5,2 l/100 km en mixte.

Consommation mesurée pendant l’essai : 5.9 l/100 km

Longueur : 370 cm

Largeur : 174 cm sans rétroviseurs

Hauteur : 151 cm

Empattement : 243 cm

Volume du coffre : 231 litres.

Poids à vide : à partir de 940 kilos

Prix

Active à partir de : 15 990 €.

En boîte CVT, à partir de 17 990€ en finition Design.

Rejets de CO2 : 108 à 110 g/km

Malus CO2 : 0€

Puissance fiscale       4 CV

Garantie : 3 ans ou 100 000 km